A l'affiche !

Les consolantes Espace photo
A la grange
Friday, 7 October 2022

Les consolantes Espace photo
A la grange
Saturday, 8 October 2022

Ce qui nous lie Espace photo
A la grange
Sunday, 9 October 2022


Tous les spectacles :

Le programme, le festival...

Espace photo

Spectacles de septembre à novembre 2022 :  

On parle du théâtre

Espace photo Février 2022
La Tribune
Le 30ieme Festival d’Ailleurs et ... d’à côté

Espace photo Mars 2021
Radio Campus Lille

On en parle à la radio ...  (spectacle "La verticale du fureur"), téléchargez les podcasts :

L’émission en totalité (1h47)

Extrait 1 : Entretien avec Stéphanie Marchais (40 min.)

Extrait 2 : Direct de Jean-Marc Urbaniak (8 min.)

 

Espace photo Septembre 2020
La voix du nord
Villeneuve-d’Ascq: la reprise vaille que vaille au Théâtre d’à côté

Le mot du président

Espace photo

"La saison 2021/2022 a eu des odeurs de renouveau après le tunnel long et éprouvant du Covid. Alors se réjouit-on trop tôt ou les nouvelles éclosions de spectacles confirment-elles l'élan retrouvé ? Allez on va pencher bien arbitrairement pour la seconde solution !

Dans l'atmosphère eschatologique bien entretenue par les médias mais néanmoins réelle, avant la réapparition de l'Antéchrist, il va peut-être falloir que l'on donne à nos forces vives des raisons d'aller de l'avant ...sans angoisses.

Constater les dégâts écologiques de l'Homme de ces 250 dernières années, constater l'impéritie mais aussi la dégradation de l'image des hommes et femmes politiques qui malgré tout sont décisionnel(e)s, constater le peu d'engagement tant politique qu'associatif d'une population biberonnée qui braille quand le récipient est vide mais qui a du mal à se secouer...tout cela est à la portée du premier venu.

La solution est collective et donc individuelle, chaque individualité formant le collectif.

Si individuellement nous ne remettons pas en cause nos comportements, nos actes, nos manières de concevoir la consommation, rien n'avancera. Tant que les nouveaux Iphones et autres smartphones, la dernière BMW ou le pickup dernier cri américain, entre-autres, seront l'objet de rêves, réalisés parfois, par des crédits exorbitants, au détriment par exemple d'une alimentation saine pour soi et pour nos enfants...nous n'avancerons pas ! L'incapacité de satisfaire tous ces besoins induits donne naissance à la pauvreté modernisée, une condition nouvelle créé par l'économicisation des sociétés, c'est à dire leur subordination croissante à l'économie et par la prolifération de ces besoins induits de plus en plus difficiles à satisfaire.

Il est grand temps de revenir à l'essentiel et de différencier l'utile de l'indispensable, le vital du superflu...redécouvrir la pauvreté conviviale, celle du partage.

Dans un livre de 2003 de Majid Rahnema "Quand la misère chasse la pauvreté" l'auteur nous donne bien des axes de réflexions "

"La propagation généralisée de la misère et de l'indigence est un scandale social inadmissible, surtout dans des sociétés parfaitement à même de l'éviter. Et la révolte viscérale qu'elle suscite en chacun de nous est tout à fait compréhensible et justifiée. Mais ce n'est pas en augmentant la puissance de la machine à créer des biens et des produits matériels que ce scandale prendra fin, car la machine mise en action à cet effet est la même qui fabrique systématiquement la misère. Il s'agit aujourd'hui de chercher à comprendre les raisons multiples et profondes du scandale. C'est cette recherche qui m'amène aujourd'hui à montrer combien une transformation radicale de nos modes de vie, notamment une réinvention de la pauvreté choisie, est désormais devenue la condition sine qua non de toute lutte sérieuse contre les nouvelles formes de production de la misère.(...)


Alors me direz-vous, quelle relation avec le Théâtre ?

La culture faisait partie du bagage individuel de tous les individus des sociétés traditionnelles “vernaculaires” (qui ne dépend pas des échanges en opposition avec société véhiculaire.) dirait Majid Rahnema. Le chant, les contes, la danse, la transmission...ont toujours été au cœur de la vie de ces sociétés.

La culture est le reflet de la richesse du monde (sic).

En créant de notre espace culturel un vrai lieu de transmission, de réflexion, d'échanges, un lieu de proximité conviviale, notre projet est de coller autant que faire se peut à toute cette philosophie.

En évitant d'édulcorer les analyses pour les amener à une perception “abordable”, ce qui au demeurant est méprisant pour les spectateurs, nous essayons d'orienter notre programmation sur des thèmes où l'humanité et sa complexité sont au coeur du sujet.

En essayant de le rendre au maximum accessible à tous par des droits d'entrée abordables*, nous avons l'ambition de vous attirer dans la belle Grange aux odeurs de poutres...on vous attend...


* Notez que si notre tarif plein est passé à 9 €, les tarifs de nos abonnements sont toujours fixés sur l'ancien prix...et sont largement abordables


Voir aussi :